Réseau Prévention Main / Coordonner les patientsfessionnels...accompagner les patients

IMPRIMER

Les doigts de porte

Les traumatismes par écrasement de la dernière phalange représentent l'urgence chirurgicale pédiatrique la plus fréquente dans les centres FESUM

Son incidence est évaluée à au moins 3,5% des accidents domestiques de l'enfant (CANAM 1991). Bien que tous les âges soient touchés il existe un pic de fréquence entre 1 et 3 ans et le majeur est le premier atteint en fréquence. Les portes ou portières sont effectivement en cause dans 75% des cas (ARDOUIN 1997).

Les lésions vont d'une simple ecchymose pulpaire à une amputation complète en passant par:
1 - L'hématome sous unguéal
2 - La désinsertion de la tablette de l'ongle
3 - Une plaie plus ou moins contuse du lit de l'ongle
4 - Une fracture de la phalangette (P3) pouvant parfois intéresser le cartilage de croissance (lésion de SEYMOUR) ou la surface articulaire de l'articulation avec la phalangine (P2), inter-phalangienne distale
5 - Une atteinte tendineuse (insertion de l'extenseur ou du fléchisseur)
6 - Des lésions neurovasculaires allant jusqu'à l'ischémie distale.

Traitement/évolution

Le traitement est adapté à chaque cas, respectivement:

1 - Évacuation de l'hématome sous-unguéal
2 - Reposition de la tablette ou d'un tuteur si celle-ci est perdue (car la repousse de la néotablette a besoin d'un guide pour se faire dans les meilleures conditions et notamment sans incarnation),
3 - Suture sous microscope au fil résorbable
4 - Brochage ou réduction en se servant de l'ongle ou d'un tuteur
5 - Réparation tendineuse ou immobilisation en bonne position
6 – Microchirurgie

L'évolution dépend bien sûr des lésions. En règle, la tablette repousse en 3 mois avec d'éventuelles dystrophies sur la "première" repousse qui s'atténueront avec le temps.
Une atteinte du cartilage de croissance (situé à la base de la phalange), peut se compliquer d'une soudure de celui-ci (épiphysiodèse). Cette complication pourra (rarement) nécessiter une correction si elle entraîne une déformation importante.
Chez l'enfant, le pronostic des lésions nerveuses, même après section complète, est excellent.
Cependant, dans la plupart des cas, les séquelles sont minimes voire absentes, si le traitement a été approprié.

Prévention

Il existe un traitement préventif constitué par des systèmes fixés sur la porte ou son encadrement :

Le bloque bas de porte : La plaque en métal munie de ses tampons se glisse sous la porte, empèchant ainsi les claquements de porte.

Le Bloque charnière: Se pose sur le gond supérieur de la porte, grâce à sa forme en crochet, et maintient la porte en position ouverte. Amovible, il peut passer facilement d'une porte à l'autre

L'amortisseur de porte: Il empèche la fermeture sans avoir à laisser complètement ouvert.

Les plus fonctionnels sont ceux que l'ont peut aisément passser d'une porte à l'autre (illustration de gauche)

Les plus efficaces sont ceux qui n'empèchent pas l'adulte de fermer la porte et qui se remettent en place automatiquement après ouverture (Illustration de droite).

La Bande anti-pince-doigt: Cette bande adhésive pliante se fixe du coté des charnières. Elle n'en bloque ni l'ouverture, ni la fermeture.

A ces sytèmes on peut ajouter les barrières, cadenas, verrous, et tout autre chose qui empèche un enfant de manipuler une porte.


Réseau Prévention Main Ile-de-France
6 Rue Serret 75015 Paris